Lomepal – Jeannine

Lomepal. Un rappeur qui sème la discorde dans le paysage musical français (surtout au niveau de certains journalistes musicaux dernièrement). Les avis divergent que ce soit sur Flip ou Jeannine, son dernier album. On peut entendre comme arguments chez les anti-Lomepal que sa musique ressemble plus à de la variété française aujourd’hui qu’à du rap, qu’il chante trop, mais aussi que sa musique est trop sentimentale, donc un aimant à 2000.

 

Alors personnellement, la variété française je ne suis pas totalement contre (actuellement en train d’écouter Patrick Fiori). Je trouve qu’il a su s’écouter, laisser parler sa personnalité musicale, et surtout il a travaillé sur sa voix, et les parties chantées de l’album sonnent plutôt bien. Ce n’est pas facile à faire, et on peut le voir, ça lui a pris des années. En laissant parler ses envies, il s’est aussi mis à nu, les sentiments entrent donc en jeu. Alors que sur Flip il nous partageait son chagrin amoureux, le sentiment de manque, et une petite partie de son histoire familiale, aujourd’hui il nous expose largement l’histoire de sa grand-mère, sa nouvelle notoriété notamment envers les filles, mais garde encore quelques morceaux un peu égotrip, comme Ma cousin, et taille des rappeurs sur La vérité avec Orelsan. Lomepal a une jolie plume, des textes très bien travaillés, permettant de retranscrire ce que certains pensent mais ne savent pas comment exprimer.

 

Lomepal et l’amour

Il y a une analyse très intéressante à faire sur le rapport de Lomepal à l’amour. On sent qu’il y croit, que l’amour a une place importante dans sa vie, ainsi que ses relations avec les filles. « Maintenant je ne ressens plus rien » dit-il dans Evidemment, mais il exprime ses sentiments dans d’autres morceaux. Dans Dave Grohl, on voit bien qu’il arrive à ressentir des choses, et surtout qu’il a envie d’amour. Il aborde encore son histoire amoureuse passée, expliquant qu’il a vécu de belles choses mais que leur histoire « n’aurait jamais pu finir dans le calme et la tendresse » dans Trop beau. Dans certains de ses titres, on comprend qu’il croit à l’amour, mais pas à l’amour éternel. Pour lui, les belles histoires d’amour ont forcément une fin, souvent violente. C’est du moins l’interprétation que j’en fais.

 

Les points négatifs de Jeannine (selon moi)

Les morceaux de Jeannine sont bons, la plume de Lomepal est magnifiée par les différentes mélodies et les prod° choisies avec attention. Il y a cependant deux sons avec lesquels je n’accroche pas. Le vrai moi est pour moi trop chanté, et justement perfectible sur ce point. Il y a des mélodies qui sont vraiment bien chantées par Lomepal, mais sur ce morceau, certaines me dérangent. Il était peut-être un peu trop tôt pour un clavier-voix. Le deuxième est Cinq Doigts avec Philippe Katerine. Si je ne l’aime pas, c’est certainement que je ne suis pas assez folle. La voix de Philippe Katerine m’irrite un peu, j’ai du mal à rentrer dans son univers déjanté.  
En fait, ce qui est étrange c’est que je n’ai pas accroché directement avec l’album. J’ai mis du temps à rentrer dedans. Maintenant, je trouve qu’il est magique. Lomepal parvient réellement à nous embarquer avec lui. C’est comme un film, avec des flashbacks, des ambiances différentes, mais sans images. Un livre audio, nous laissant la liberté de s’imaginer visuellement son univers.

 

Lomepal n’a plus rien à prouver à personne. Il fait des tournées de Zéniths, ses sons font des millions d’écoutes. Alors peut-être qu’avoir atteint ce niveau doit le décomplexer, le libérer, et lui permettre d’être plus libre artistiquement, et d’oser. Ou peut-être que c’est encore plus angoissant, car il peut avoir peur de décevoir des millions de personnes ? Antoine dis-nous, on veut savoir.
Il donne quelques réponses dans Évidemment en expliquant que ça lui fait du bien de briller alors qu’il a longtemps été invisible, qu’être au sommet était son but depuis petit, et que tout ça lui permet d’avoir enfin confiance en lui. Dans Ma Cousin, il nous dit que « la haine des jaloux c’est un moteur de jet ». Donc on peut se dire qu’il a atteint un stade où les différents avis émis sur sa musique ne le touchent plus, mais l’encouragent davantage à faire ce qu’il aime, et comme il le conçoit.

 

Peu importe son état d’esprit finalement, Jeannine est un album incroyablement touchant. Lomepal ose s’exprimer, le fait avec une jolie écriture, et des tournures différentes. En fait, c’est un bel album. C’est peut-être mon côté petite blanche fragile qui parle, mais après tout, ce n’est que mon avis. Aujourd’hui, Jeannine est disque de platine.

View this post on Instagram

Merci merci merci 💙💙 🙏🙏

A post shared by Lomepal (@antoinelomepal) on

 

Je vous ai fait un petit TOP 5 de mes musiques préférées de l’album :

  • Ma Cousin
  • Beau la folie
  • La vérité
  • Ne me ramène pas
  • X-men

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *