Avec « IGOR », Tyler côtoie l’excellence

Suspendue dans le temps, aussi psychédélique que géniale, mêlant constamment tous les styles musicaux… la musique de Tyler The Creator nous rappelle au bon souvenir de celle proposée par Frank Ocean lors de son opus « Blonde« . Dans son cinquième et nouvel album, c’est d’ailleurs avec ce même artiste que Tyler partage le morceau « Running Out Of Time« , dans lequel les deux hommes étalent leurs peurs en amour. Car oui, si le protégé de Pharrell Williams est une bête de scène, souvent perçue comme l’empereur d’un rapunk, « IGOR » nous fait découvrir une toute nouvelle facette de TTC.

Davantage de groove, un accent porté sur sa voix et sur le texte là où ses précédents projets prônaient la structure des morceaux, celui qui veut s’éloigner d’une étiquette de rappeur est en train de réussir son pari. N’hésitant pas à mêler piano, basse et synthé au sein d’un album à fortiori expérimental, tout en invitant Kanye West, Frank Ocean et A$AP Rocky, l’expérience est devenue potion magique.

Dans « What’s Good« , Tyler se montre offensif et agressif, dans un morceau qui pourrait faire office de générique de film d’horreur. Dans « Earfquake« , l’empreinte funky de Pharrell est immédiatement remarquable, et permet à Tyler de prendre tout son public à contre-pied. Du punch à la berceuse groovy en passant par la mélancolie amoureuse, celui qui est rappeur, scénariste, producteur, acteur, graphiste, tatoueur, videur et brancardier se montre aussi polyvalent que bourré de talent. Polytalent.

IGOR et de Platine.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *